ttt

Ceux qui ne comprennent guère l'empressement du PQ à aller en élection avec un bilan économique aussi mitigé après une année au pouvoir somme toute chaotique ne regardent pas du bon côté de la lorgnette. En effet, c'est du côté des adversaires du PQ qu'il faut regarder pour comprendre que la fenêtre électorale est en fait une porte-patio !

La CAQ a, depuis l'élection , entamé une lente descente, qui a continué de façon inexorable avec la polarisation des votes suite au débat sur la Charte. Tant qu'aux libéraux, la lune de miel de l'électorat avec Couillard est déjà terminée et le PLQ se voit également en douce descente dans les sondages.

Prenons un instant maintenant et chaussons les chaussures d'un stratège péquiste qui analyse ses adversaires.

LA CAQ, le navire qu'on quitte

En septembre 2012, la CAQ a fait élire 19 députés. Sans Daniel Ratthée , exclu du caucus et dont on peut douter d'un retour en grâce, la CAQ se retouve donc à 18 maintenant.

Depuis quelques mois les mauvaises nouvelles se sont cependant accumulés pour François Legault. Il y a Dominique Anglade, la présidente de la CAQ, qui a annoncé en septembre son départ de la CAQ. 

La sortie de Duchesneau contre Boisclair aurait pu se traduire par un retournement de la situation pour la CAQ. Comme la CAQ n'a finalement rien présenté de concret suite à la première sortie, ce fût un (autre) coup d'épée dans l'eau.

Selon diverses sources, beaucoup de députés de la CAQ songent à ne pas se représenter. Et pas les moindres : Jacques Duchesneau, Christian Dubé et Hélène Daneault seraient du nombre. On imagine un début de campagne électorale où François Legault doit, au lieu de présenter ses candidats vedettes, expliquer le départ de ses  piliers.

Dans le reste de la députation, trois comtés sont quasi impossible à conserver vu la baisse dans les intentions de votes de la CAQ, dont l'Assomption le comté de François Legault! Vous pouvez compter su le PQ pour trouver un candidat de valeur pour l'élection de décembre !

legault

Le comté de Laprairie est en situation encore plus fragile. Stéphane Lebouyonnec l'a emporté avec une avance famélique.

 

lebouyonnec

Pour l'élection qui vient, le PLQ compte sur Richard Merlini, l'ancien député adéquiste de Chambly, pour livrer bataille. Monique Roy Verville, l'ancienne député adéquiste du comté, pourrait voir aussi son vote augmenter avec l'arrivée d'Adrien Pouliot au PCQ.

La situation du comté de Nicolet-Bécancour est particulière.C'est clairement la présence de Jean-Martin Aussant qui a divisé le vote souverainiste  ET qui a permis l'élection de Donald Martel.

nicolet

Comme Jean-Martin Aussant n'est plus de la partie et que le PQ a repris à son compte son projet de monorail (!), on peut logiquement penser que malgré Gentilly le PQ reprendra le comté.

Les seuls comtés vraiment sûr pour la CAQ sont les comté des anciens adéquistes. Or l'attachement qu'ont les électeurs à ces députés repose bien plus sur leurs souvenirs de l' époque Mario Dumont qu'au Projet St-Laurent.

Le PLQ, le navire à la coque fragile

Avec un résultat honorable lors de la dernière élection et un nouveau chef, on aurait pu penser que le PLQ serait en excellente position pour renverser le PQ. Mais, avec la perquisition de l'UPAC et la rencontre de Philippe Couillard avec les enquêteurs, on voit de quel côté peuvent venir les problèmes.

D'autant plus que les adversaires de Couillard lors de la course à la chefferie ont également répandu des informations pouvant maintenant être utilisées par ses adversaires comme cette lettre donnée aux militants du PLQ le jour du vote à la chefferie:

o-TRACT-ANTI-COUILLARD-570

 

On devine que des révélations du genre peuvent faire perdre de précieux jours de campagne à Couillard et au PLQ. Le PLQ fera sans doute une partie de la prochaine campagne électorale sur la défensive.

 

On comprend maintenant un peu mieux d'où vient la belle assurance de Pauline Marois ces derniers jours.....

AJOUT


Mettons qu'il n'a fallu que quelques heures pour avoir un exemple....

dh