38050138

Ceux qui ont pu lire mon blogue au cours des années passés savent que j'avais développé un intérêt pour la politique d'Amérique du sud, et spécialement du Vénézuela et de la Colombie.On peut d'ailleurs avoir un point de vue de droite de ce qui s'y passe ici et ici. Le plus frappant est que malgré des politiques liberticides ( fermeture de stations de radios et télé,etc ), des politiques économiques ne respectant aucune logique ( prix imposés par l'État, dévaluation à répétition du Bolivar, nationalisations erratiques), la popularité de Chavez ne s'est jamais démenti. Malgré une inflation de 30 %, une criminalité vertigineuse, des pénuries dans les denrées de base, il a été réélu. 

Pourquoi ?

Ici commence la parallèle que je compte faire avec le Québec. Bien-sûr Pauline Marois ne compte pas faire du Québec un second Cuba comme Chavez ni même adopter des politiques aussi délétères que lui. Mais les raisons qui ont donné à Chavez ses réélections pourraient bien prévaloir ici aussi.

1. La dépendance directe à l'État

Le Québec compte une fonction publique importante, toujours en expansion. Nos enseignants , le personnel médical , les gardiennes d'enfants sont tous des fonctionnaires. Il faut inclure dans cette catégorie , les prestataires de l'aide sociale, de la SAAQ et de la CSST, les employés d'hydro-Québec, de la SAQ, etc. Tous ces gens sont à l'abri des crises économiques, des diminutions des investissements,etc. Il font donc leurs choix politiques dans un tout autre registre que nous.

Bref cela fait beaucoup de gens disposés à acheter un discours de distribution de richesse et de contrôle étatique puisque cela ne les touchera jamais personnellement outre le taux d'imposition et les taxes.

2. La foi souverainiste

Au pays de Chavez, c'est la foi en l'idéal socialiste qui marque l'imaginaire des gens , qui est la toile de fond de leur analyse du monde, qui en détermine qui sont les bons et mauvais protagonistes. Au Québec, une partie de la population partage la foi dans un idéal, l'indépendance du Québec. J'ai déjà écrit un texte qui explique que cette idée selon moi  repose sur trois fondements: une perversion de la réalité historique, une hostilité ethnique et finalement une obsession linguistique. C'est pourquoi il est malheureusement impossible d'argumenter avec des gens partageant cet idéal. Or, ils sont 35 % de la population. Leur grille d'analyse lors de la prochaine élection sera considérablement différente de la vôtre et ne reposera malheureusement pas sur les indicateurs économiques...

3. L'occupation de l'espace médiatique

Une autre raison des nombreuses victoires de Chavez est qu'il est devenu au fil du temps une star médiatique. Il était omniprésent. Sur ce, depuis quelques semaines le PQ joue très bien ses cartes et cela pourrait fort bien lui rapporter.

Bref pour tous ceux qui pensent que le bon sens économique va prévaloir et que le Québec va se ressaisir , les nouvelles sont selon moi très mauvaises: ça va continuer d'aller bien...mal.