Glissade

Bon bien la CAQ a fait son nid, et a décidé d'appuyer le projet de loi 14 sur le fond tout en demandant des modifications. Je pourrais écrire un long billet pour dire à quel point cette loi est nocive et, loin de faire la promotion du français, divise les québécois sur la base de leur langue. Mais d'autres, dont Alain Dubuc ce matin avec sa chronique ''Écoeurer les Anglais'',  se sont chargés de le faire. Une bonne analyse de ce projet de loi revient cependant à Adrien Pouliot  du PCQ quand il déclare:''Le projet de loi modifiant la Charte de la langue française est une solution en quête d’un problème''.

Ce qui me laisse le plus perplexe c'est plutôt le manque de sens politique de la CAQ. On sait qu'à l'interne le caucus doit être divisé quand on sait que Gérard Deltell et son équipe du temps de l'ADQ prônaient la 6ième année bilingue pour tous. Ç'aurait été facile pour eux -et intelligent- de lancer le ballon en touche en rappelant à Mme Marois et ses zélotes qu'il y a beaucoup plus important à faire au Québec que de se quereller sur la langue.

Le sondage de ce matin aurait dû pourtant les faire réfléchir:

678841-sondage-crop-soleil-presse-intentions

 

On y voit des chiffres désastreux pour la CAQ au niveau provincial avec un maigre 22 %. Son ''château fort''' est la région de Québec où elle est nez à nez avec les libéraux avec 38 %. Or dans cette région la langue n'est ABSOLUMENT PAS un enjeu important. Elle se trouve donc à déplaire à ses derniers appuis sérieux ! Pour vous donner une idée de la distance qui sépare la CAQ des électeurs de la région de Québec , voici ce que les auditeurs de la station FM 93  de Québec ont répondu à la question qui suit: 

 

eng

J'ignore si c'est parce qu'il est mal conseillé, ou encore parce que ses racines souverainistes l'empêchent d'y voir clair, mais reste que François Legault vient d'ajouter une autre couche de savon à la pente savonneuse sur laquelle glisse son parti.