néron

Plusieurs souverainistes attendent Gilles Duceppe comme le sauveur du PQ. On sait que Gilles Duceppe a été membre du parti communiste dans les années soixante-dix et négociateur pour la CSN. Cependant, il a aussi tourné les coins pas mal ronds lorsque certaines occasions pouvaient avantager certains de ses amis, et ce, selon André Néron. 

André Néron était le chef de cabinet de Michel Gauthier, le successeur de Lucien Bouchard en 1996. Il a écrit un livre ''Le temps des hypocrites'' où il raconte différentes histoires qu’il a vécu en politique.

Avant de vous en raconter une, voici une brève mise en situation :  

-Lucien Bouchard quitte le bloc le 15 janvier 96 

-Gilles Duceppe assume l’intérim pendant un mois

-Michel Gauthier est nommé chef du bloc le 17 février 96

Voici un extrait du livre :

N.B : Le fait suivant se passe à l’époque de la passation de Lucien Bouchard du Bloc au PQ. C’est André Néron qui parle…

« (…) C’est à ce moment que je me suis rendu compte que plusieurs membres du groupe d’ami de Gilles Duceppe avaient quitté Ottawa de façon un peu particulière, parce qu’ils avaient bénéficié d’importantes indemnités en raison de leur ‘’ congédiement’’. Sur le moment, je n’avais pas prêté une très grande attention à ce tour de passe-passe. Cependant, quelques jours plus tard, Nicole Leblanc m'a fait part d’une demande d’André Leclerc qui disait attendre les documents attestant qu’on le congédiait, de même que deux autres personnes. Leclerc avait jusque-là occupé le poste de directeur des communications du Bloc à Ottawa. Avec le départ de Lucien Bouchard, il était passé au service d’un ministre du gouvernement du Québec (…) J’ ai donc parlé de cette affaire à M. Gauthier, qui est resté ébahi. Je lui ai fait remarquer que certaines personnes congédiées avaient bénéficié d’une augmentation de salaire considérable avant leur départ, ce qui avait eu pour effet de gonfler leurs indemnités de licenciement. Par exemple le directeur des communications avait été muté avec une augmentation de salaire de 9 500$. Le salaire d’une recherchiste avait pour sa part été augmenté de 21 000$. Bref, il y avait plusieurs coïncidences troublantes. Outré, Michel Gauthier a même saisi le téléphone, à ma demande, pour en parler à Lucien Bouchard. Le premier ministre a répondu que tout avait été fait dans les règles, mais qu’il n’en savait pas davantage (…) Quand nous nous sommes parlé, Charles Chevrette et Gilbert Charland ont été incapable de justifier ce qui s’était passé. Ils ont fait porter la responsabilité par Gilles Duceppe, en soulignant que c’était lui qui avait autorisé les congédiements. J’ai demandé à Gilles de passer à mon bureau. Il était visiblement très embêté. Puis nous sommes allés rejoindre Michel Gauthier, et nous avons réévalué la situation.’’ Ça n’a pas de maudit bon sens, ce qui a été fait. Ça n’a pas d’allure’’, disait Gauthier. Gilles Duceppe se débattait comme un diable dans l’eau bénite. Cette histoire le rendait nerveux (…) »

Disons que l'utilisation des fonds publics par Gilles Duceppe a de quoi laisser songeur. Rappelons qu'il a fait une campagne par la suite avec le thème suivant : ''Un parti propre au Québec''. Et ben.....

Les pages en cause ici:

neron1

neron2

neron3

neron4