La dualité québécoise:

Une réalité historique maintenant oubliée...

xQfuMYJ8_AhViKD6L_MfNZByBK_st_jeanLes vagues causées par la présence de quelques groupes anglophones à un spectacle de la St-Jean Baptiste nous donnent bonne mesure du niveau de dogmatisme au sein de la mouvance nationaliste. À travers nos batailles linguistiques et notre combat nationaliste, une évidence a fini par être oubliée : La coexistence de la communauté anglophone à nos côtés…

Les avancées récentes du Québec et son affirmation internationale ont rendu le caractère français du Québec incontournable. Avec ceci en mémoire peut-être est-il le temps de réviser et d’analyser notre politique linguistique et la place que nous donnons à nos compatriotes anglophones …

Les anglophones du Québec sont nos compatriotes depuis 200 ans. Ils ne sont pas arrivés la semaine dernière. Ils ont participé de façon marquante à l’éclosion de la société que nous formons. Les années 80 ont marqué pour eux un tournant difficile à accepter : On leur a interdit d’afficher dans leur langue sur leur territoire. Se pourrait-il que sans mauvaises intentions, nous serions allés trop loin? Aurait-il été possible d’afficher notre existence sans nier l’existence d’une communauté qui nous côtoie depuis si longtemps? Une loi obligeant l’affichage en français sur toutes les affiches par respect pour les francophones aurait sans doute été suffisante, laissant ainsi à toutes les autres communautés une chance de nous imprégner de leurs couleurs…

L’interdiction de la langue anglaise a malheureusement transformé un problème démographique en un problème politique. Et c’est pourquoi encore aujourd’hui alors que le reste de la planète est à débattre d’enjeux sérieux, nous en sommes encore à dénoncer que les anglophones…parlent anglais….

Il est maintenant plus que temps de remercier notre communauté anglophone pour le soutien à notre existence à travers les époques ou nos institutions ont peiné à le faire, les anglophones du Québec étant des québécois à part entière…L’heure est à la réconciliation plus qu’à l’affrontement (tant désiré par les nationalistes…).Nous devons maintenant travailler à un nouveau contrat social avec les anglophones du Québec.

Nous devons de bonne foi leur reconnaître leur droit d’exister .Nous devons de même leur demander de nous respecter. Et ensuite nous devons leur demander de participer activement avec nous à l’éclosion d’une société juste et prospère.Sur ce, Bonne St-Jean à tous !