Un député bien décevant...

chomage_insee_chomeur_travail_emploi


La semaine du 6 avril aura été très difficile au niveau des annonces économiques dans la région de la montérégie : Arcelor Mittal qui annonce des fermetures et des coupures, QIT qui fermera pour deux mois. Ces deux entreprises offrent des salaires hautement compétitifs et c’est tous les commerces de la région qui auront des retombées négatives de ces annonces. Il est clair que lorsqu’on perd des revenus, on ralentit la cadence des sorties dans les restaurants, on consomme moins, et c’est normal!

Or  dans le comté de Richelieu les deux députés ont réagi de façon totalement différente. Sylvain Simard s’est empressé de souligner l’importance de la relance. Certes il s'est dit déçu, mais il n’a pas cherché a jeter les torts sur qui que ce soit, il a au contraire réagi en pensant à l’avenir. « Il est évident que le gouvernement du Québec, autant par ses ministères que par les grandes sociétés d’état dont Hydro-Québec, se doit d’accompagner pleinement l’entreprise et les travailleurs de façon à ce que nous puissions en sortir plus forts et mieux préparés pour la suite des choses » déclarait-il par voie de communiqué.

Au contraire Louis Plamondon du Bloc Québécois a une fois de plus démontré qu’il n’a aucune vision, et surtout aucun intérêt à trouver des solutions. Il s’est contenté de proposer d’embaucher des fonctionnaires pour traiter les demandes de chômage et, réflexe bloquiste, il a aussi encore dénoncé le fait que le gouvernement Conservateur refuse de laisser tomber les deux semaines de carence. Ce serait pratiquement drôle si tant d’emplois n’étaient en jeu...

Quand des gens travaillent en industrie, ils en font profiter toute la  région. Qu’ils n’aient ou pas du chômage maintenant ne place pas nécessairement la majorité d’entre eux dans l’embarras, mais si jamais la relance prévue en septembre n’arrivait pas aussi forte que souhaitée, là on aurait un problème et celui-là beaucoup plus grave économiquement et humainement pour la région que les deux semaines d’attente.

En se positionnant en adversaire du gouvernement, Monsieur Plamondon isole sa région comme son parti isole le Québec en se braquant en adversaire des autres parlementaires, plutôt qu’en partenaire qui cherche des solutions à long terme. Visiblement, après 25 ans, la vision à long terme n’est plus une priorité, et il serait peut-être alors temps pour lui d’avoir d’autres visées...

Tant qu'au député Bergeron du comté de Verchères, il n'a pas encore réagi, sans doute trop occupé ici.