LA NUIT DES LONGS COUTEAUX: UN MYTHE À DÉBOULONNER?

3_nuit_des_longs_couteaux

L’histoire est une science inexacte, et la mémoire est une faculté qui peut jouer des tours. Sommes-nous en train de laisser s’imprégner dans notre inconscient collectif un mythe différent des faits historiques?

L’année 1981 fût marquée par le rapatriement de la constitution et les débats et négociations qui s’en sont suivis…L’accord final fût négocié entre les provinces anglophones sans la présence du Québec.Cette épisode porte ici le nom de’’ La nuit des long couteaux.’’ (On ne peut que s'étonner de l'utilisation de cette expression quand on pense qu'elle est aussi utilisée pour des meurtres commis par les nazis en 1934!)

Une analyse plus serrée de faits peut cependant nous amener à d’autres conclusions.

La stratégie Québécoise

L’équipe québécoise était composée entre autres de Claude Charron, Claude Morin et René Lévesque. Les trois nous ont fait grâce de volumes ou ils traitent de cet épisode. De ces lectures ressort un fait : nos trois négociateurs n’étaient guère disposés à signer la future constitution canadienne. Quelqu’un peut-il m’affirmer sans rire qu’il y avait une chance que René Lévesque signe la Constitution Canadienne en compagnie de Pierre Trudeau, Jean Chrétien et de la Reine d’ Angleterre?

Les provinces anglophones ont peut–être adopté la seule attitude possible face à la stratégie de négociation québécoise. Pour faire image, ils se sont peut-être comportés comme le mari qui ne va pas réveiller sa femme qui a décidé de dormir au salon un soir de brouille.

La valeur de la Constitution Canadienne

Nous nous sommes inquiétés beaucoup depuis ce temps de la façon dont les faits sont arrivés en gardant l’impression malheureusement fausse d’avoir été bernés. Mais on s’est très peu questionné sur la valeur de la Constitution Canadienne.

Le temps ayant passé, peut-être vaudrait-il la peine de la regarder d’un peu plus près, question de voir si finalement elle n’était pas si mauvaise? Elle contient une Charte des droits et libertés, et la clause nonobstant qui nous permet de l’enfreindre sous certaines conditions. Bref, au-delà de la façon, y a-t-il un contenu dont nous pourrions être fiers, un ‘’beau risque’’ à prendre?