LA FIÈVRE SOUVERAINISTE...images_5Csick

La maladie s'est propagé au Québec depuis 50 ans. Bien que moins active, elle atteint encore beaucoup de citoyens québécois.

Mécanisme de transmission

Ses mécanismes de transmission sont maintenant mieux connus...Un des mécanismes encore bien présent est le contact des adolescents avec des professeurs hautement syndiqués. On croit que la contamination se fait de façon orale mais des formes écrites ont été aussi recensées ( Manuel pour la souveraineté à l'école).Le contact étroit avec des gens fortement atteints peut également résulter en une transmission.

Symptomatologie

Le premier symptôme est habituellement l'hallucination historique. La patient en vient à se victimiser en resassant des faits remontant à 250 ans négligeant ainsi la réalité historique plus contemporaine. Une distorsion s'installe graduellement entre la réalité historique et les croyances du patient.Vous trouverez ici quelques histoires de cas : ''la nuit des longs couteaux'', ''Pierre Curzi vs McCartney'', ''Bourgeois/Falardeau vs Plaines d'Abraham''.

Le deuxième symptôme le plus apparent est l'hostilité ethnique qui résulte en une méfiance démesurée devant principalement les anglophones. On croit penser que ce second symptome n'est que la résultante du premier. Le patient croit généralement que les Canadiens Anglais nous sont hostiles, qu'il est victime de ces derniers. Il en vient quelquefois à penser que ces derniers n'ont qu'à partir du Québec comme si être ici depuis plusieurs générations ne leur donnaient pas une citoyenneté équivalente.

Un troisième symptôme est l'obsession linguistique. Le patient est habité par une crainte démesurée de voir sa langue disparaitre même si les signes objectifs ne laissent entrevoir aucun danger.Il faut comprendre que le premier symptôme empèche la patient d'avoir accès à cette réalité. La combinaison des trois premiers symptômes peut quelquefois résulter en des épisodes de francobsession.

Le dernier symptôme est la quête souverainiste qu'il voit comme l'unique solution à ses symptômes.Ses autres symptômes l'empèchent de voir les effets néfastes de cette quête et ses conséquences négatives.

De ce portrait clinique résulte un patient qui ne peut voir le rapprochement mondial des pays et l'abolition graduelle des frontières.Il ne peut concevoir une étroite collaboration avec les canadiens-anglais qui, outre la langue, partagent ses préoccupations. Son attachement au français le prive quelquefois d'une ouverture nécessaire pour bien comprendre le monde ( Voir l'histoire de cas suivante : Marois/langue anglaise ) .

Évolution

Pour une majorité des patients atteints la maladie finira par régresser sans qu'aucun traitement ne soit nécessaire.Certains patients conserveront un ou deux symptômes mais si aucun stress extérieur ne vient les alimenter, on peut les considérer comme guéris. Certain resteront atteint malheureusement toute leur vie. Des personnalités connues souffrent malheureusement de la forme chronique de cette atteinte. On peut penser à Bernard Landry, Gilles Vigneault,Gérald Larose , entre autres...

Traitement

Certaines approches cliniques valent la peine d'être tentées. Pour le premier symptôme , des lectures confrontant les hallucinations peuvent être utile. Pour le deuxième symptôme, des voyages au Canada Anglais peuvent apporter une baisse de l'hostilité si la symptomatologie du patient n'est pas trop intense.Un patient trop atteint ne devrait pas utiliser cette approche, puisque sa propre hostilité pourrait incommoder les canadiens anglais et finalement alimenter ses symptômes. Pour le troisième symptôme, une bonne connaissance de la langue anglaise fait baisser le taux d'anxiété du patient lui faisant réaliser qu'il ne disparaitra pas mais évoluera.Quand au quatrième symptôme, il disparait  rapidement lorsque les trois autres diminuent.

Épidémiologie

  La fièvre souverainiste a fait une incursion lente au Québec au début des années soixante pour atteindre 40 % des citoyens en 1980. Une forte épidémie a touché le Québec en 1995 ou 49 % des citoyens ont été touchés.Depuis ce temps la maladie n'a de cesse de régresser.Les experts s'entendent pour dire qu'il ne persiste que 30 % de personnes atteintes souffrant de la forme chronique maintenant.